fbpx
logo capill'care

Connaissez-vous le point commun entre chute de cheveux et entrepreneuriat ? À première vue, il n’y en a aucun ! Mais, dans mon cas, je suis obligée d’associer les deux. De nature plutôt optimiste, je remercie presque mon alopécie, elle a changé tellement de choses dans ma vie ! Sans elle, je n’aurais jamais osé assumer mes cheveux et ma personnalité profonde. Sans elle, je n’aurais pas eu le courage de changer de vie. Et sans elle, je n’aurai jamais mené à son terme un projet complètement fou, celui de créer ma propre entreprise à même pas 30 ans ! En ce début d’année, il est de coutume de faire le bilan de celle qui vient de s’achever afin de poser les bases de la nouvelle. Et quand je mets tout à plat, je dois bien reconnaître que je ne m’en sors pas si mal. J’écris cela aujourd’hui, mais soigner ma perte de cheveux massive n’a pas été de tout repos. J’ai paniqué, douté, j’ai été tentée de baisser les bras. C’est pourquoi je veux à présent témoigner sur mon combat contre l’alopécie et comment il a changé ma vie.

 

Mon combat contre l’alopécie

Mon combat a commencé il y a plusieurs années maintenant. À la fin de mes études, j’ai trouvé un poste dans le secteur bancaire. Je veux faire bonne impression, je me donne à fond et ne compte pas mes heures. Je suis de tous les projets, mais aussi de toutes les sorties entre copines. Je vis à 100 à l’heure et j’adore ça.

Cela peut sembler anodin à beaucoup de gens, mais les femmes qui ont des cheveux crépus, frisés ou bouclés me comprendront très certainement. Ce type de cheveux ne correspond pas forcément à l’image de la femme telle qu’elle est véhiculée dans les magazines. Beaucoup de créateurs de mode font appel à des mannequins aux cheveux bouclés ou afros, mais c’est encore vu comme un geste révolutionnaire ou subversif. Quand est-ce que cela deviendra tout simplement la norme ?

On pourrait débattre des heures sur le sujet ! Toujours est-il que dans mon environnement professionnel, avoir une coiffure structurée sous contrôle est un gage de sérieux et de crédibilité. Adieu boucles folles et twist out endiablés et bonjour chignons serrés et défrisages à outrance…

C’est ainsi que mon alopécie de traction a commencé. Lentement, mais sûrement. À cela, il faut ajouter de gros problèmes de santé, une perte de poids de 15 kg et beaucoup de stress. J’étais la candidate idéale à l’alopécie !

Ma conviction profonde : les soins naturels

Passé le choc de la prise de conscience de mon problème, il me fallait réagir. Je ne pouvais pas continuer à perdre mes cheveux par poignées ! Comme toujours en pareille situation, c’est quand on est sur le point de perdre quelque chose que l’on se rend compte que l’on y tient plus que tout !

Je me suis lancée dans des recherches frénétiques sur internet, j’ai consulté des médecins. Je voulais comprendre pour pouvoir agir efficacement. J’ai écarté d’office les médicaments. Je ne voulais pas soigner mon alopécie avec un traitement chimique. J’avais acquis la conviction qu’en apprenant à connaître mes cheveux et à les entretenir je pouvais trouver la solution. Bien sûr, je n’avais pas la prétention de découvrir LE remède miracle (spoiler alert : il n’existe pas !), mais je pressentais que je pouvais tout à fait dénicher un produit qui me correspondait. Car l’enjeu était double : tout d’abord ralentir puis stopper la chute de cheveux pour ensuite stimuler la repousse.

Ma rencontre avec la médecine ayurvédique a été déterminante. Je n’ai pas seulement découvert des plantes et des herbes aux vertus insoupçonnées, j’ai rencontré une véritable philosophie de la vie. Toujours dans l’optique de bien maîtriser mon sujet, j’ai suivi des cours en science de l’ayurveda et en anatomie du cheveu.

Depuis ce moment, je ne cesse d’améliorer mes connaissances et de tester de nouvelles recettes naturelles. Car tout ce que je propose sur la boutique Capill’Care, je l’ai essayé et approuvé. Si l’aventure des plus grands groupes de rock a commencé dans un garage, la mienne s’écrit depuis ma salle de bain !

Ma fierté : mes cheveux et ce qu’ils disent de moi

Aujourd’hui, je suis fière de mes cheveux afros. Ils sont beaux, sains, brillants. Mais surtout, ils sont naturels. Je ne crains pas le jugement des autres et je suis ravie si mes cheveux volumineux apportent une touche de diversité dans une assemblée trop sage. Je savoure cette liberté d’expression capillaire. Je suis heureuse quand je constate que de plus en plus de femmes laissent s’exprimer leur beauté naturelle et leur authenticité.

J’ai découvert il y a peu The Curl Talk Project, le projet photographique de Johanna Yaovi, créé en 2017. Cette initiative permanente vise à recueillir les témoignages inspirants de femmes aux cheveux texturés. Johanna est partie à la rencontre de dizaines de femmes afro-descendantes, mais aussi caucasiennes qui ont toutes eu une histoire complexe avec leurs cheveux. On fait ainsi connaissance avec les Françaises Elsie et Éléonore, les Britanniques Jaz et Latticia ou encore avec Delia du Honduras. Chacune d’elle nous livre un témoignage précieux sur la perception que la société et leur entourage ont de leurs cheveux bouclés ou crépus.

Je vous invite à visiter le site de cette création artistique qui fait du bien au moral. Les témoignages sont parfois poignants et les photos toutes sublimes. Elles reflètent la beauté et la personnalité de femmes bien dans leur corps et dans leur époque, qui font rimer authenticité avec élégance. N(h) appy hair is beautiful!

Mon ambition : porter haut Capill’Care

Mon ambition aujourd’hui est de porter haut les couleurs de Capill’Care. Dès la création de la marque, j’ai voulu que les produits soient naturels et adaptés à toutes les chevelures. C’est pourquoi je tiens à jouer la transparence avec vous. Je n’hésite pas à m’engager personnellement et à vous confier mon histoire, pas forcément évident pour une nature discrète comme la mienne !

Capill’Care propose également des produits bruts, sous forme de feuilles ou de poudres végétales, comme l’ambunu, le moringa ou encore le fenugrec. Chaque chevelure est différente, avec des besoins bien spécifiques. Je souhaite donc que chacune d’entre vous prenne plaisir à créer ses propres recettes et élabore la routine capillaire qui lui convient le mieux.

Je sais que l’avenir me réserve de belles surprises, faites de rencontres merveilleuses. Je reviens juste (en janvier 2020) d’un voyage au Sénégal, pour la promotion des nouveaux produits. J’y ai organisé un meet up du tonnerre et j’ai pris énormément de plaisir à échanger avec toutes les personnes présentes.

Je suis très fière d’écrire que Capill’Care est à présent distribué au Sénégal et en Côte d’Ivoire, en plus de la France ! Dès lors, comment ne pas croire que mon combat contre l’alopécie a définitivement changé ma vie ?

Ma récompense : vous !

Oui, c’est vous qui m’apportez ma plus belle récompense la Capill’Family ! Vous êtes une communauté formidable et je mesure la chance d’être si bien entourée. Je constate à chaque post, à chaque témoignage de votre part de la bienveillance et de l’entraide.

Je suis sincèrement heureuse de vous accompagner dans votre besoin ou désir de changer de tête et de prendre soin de vos cheveux. Afficher des cheveux texturés est pour certains un geste politique puissant. Personnellement, je considère davantage cela comme une démarche personnelle, associée au bien être et à l’acceptation de soi. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Retrouvez vite toute l’actualité de la marque sur Instagram. Je publie régulièrement des recettes, des témoignages de Capill’Queens, mais aussi des Hair Tips, ces petites astuces beauté très simples, pour prendre soin de vos cheveux !